Alice, mai 2016, 41ème mois d’une petite fille

-IMG_20160513_073347-COLLAGEMai 2016, notre premier mois à 5 avec l’arrivée de la petite Sarah fin avril. Je passe deux semaines à la maison en congé paternité, Alice affirme son petit caractère et nous approchons de la fin de l’année scolaire.

Tantrum ou grosse colère

20160508170500-IMG_20160508_170459Nous possédons une poussette double Phil and Teds (ce n’est pas exactement ce modèle mais c’est pour donner l’idée. C’est pratique pour transporter Alice et Simon car elle est beaucoup plus compacte que les poussettes doubles classiques. Mais c’est toujours un peu une source de conflit pour décider qui va en haut et qui va en bas. Généralement, nous proposons à Alice de choisir si elle veut être en haut pour l’aller ou pour le retour, et elle choisit souvent l’aller.

Nous devions aller au parc à jeu, et Alice était en haut lors de notre sortie du matin, alors j’avais placé Simon en haut pour changer. Mais Alice explosa en larme, criant, hurlant, se débattant pour tenter de me convaincre de retirer Simon. Impossible de la raisonner, impossible de lui faire admettre qu’il faut partager, que c’est chacun son tour, Alice affirmait haut et fort qu’elle voulait être en haut « tout le temps » et qu’elle voulait que Simon soit toujours en bas. Je n’ai pas cédé, lui proposant de rester à la maison avec maman si elle ne voulait pas venir, mais elle avait vraiment envie d’aller au parc avec nous, elle consentit à se glisser sur la place du bas, mais sa grosse colère continua pendant tout le trajet, hurlant, se retournant, pleurant aux larmes.

Une fois au parc à jeu et Simon descendu, je lui ai demandé si elle voulait jouer ou s’asseoir en haut, elle continuait sa crise et décida de monter dans la poussette où elle resta un bon quart d’heure à nous regarder jouer avec Simon avant de finalement oublier son malheur et venir jouer avec nous.

20160516063429-DSC_4490Alice ne fait pas souvent de tantrum, nous en avons sans doute vécu trois ou quatre depuis qu’elle est toute petite. C’est un phénomène courant chez les jeunes enfants, qui disparaît normalement avec l’âge. Jusqu’à l’âge de six ou sept ans, un enfant n’a pas encore les capacités de contrôler des frustrations trop grandes ou une trop forte émotion. Cela déclenche dans le cerveau une explosion émotionnelle incontrôlable qui fait complètement perdre le tempérament de  l’enfant. Impossible de le raisonner, la solution la plus simple semble de céder et de répondre favorablement à la demande de l’enfant, mais bien évidemment ce n’est pas la chose à faire, car cela légitimise la colère et n’aide pas l’enfant à apprendre petit à petit à la contrôler.

Difficile pourtant quand la catastrophe arrive au mauvais moment, au supermarché, au restaurant, dans les transports en commun, c’est souvent gênant de laisser son enfant hurler et se rouler par terre. Mais quand la colère se déclenche à la maison, au parc à jeu, dans un environnement moins stressant, il faut simplement accompagner l’enfant dans sa détresse, tenter de lui apporter le support qui lui permettra d’accepter la frustration et de se relever plus fort. Se mettre soit-même en colère est bien sûr la dernière des choses à faire, l’enfant est en détresse, son cerveau surchauffe et subit une escalade incontrôlable, il faut tenter d’être calme mais strict, tout en acquiesçant la souffrance ou la frustration : « oui Alice, je comprends que tu veuilles monter en haut, tu es très en colère, mais tu étais en haut ce matin, cette après-midi c’est au tour de Simon »…

Un manque d’attention

20160518095033-DSC_4504Alice a une concentration difficile. Un rien l’interrompt. C’est quasiment impossible de lui lire un livre ou de lui raconter un histoire, elle changera de point d’intérêt dix fois en cinq minutes. Tout est sujet à regarder ailleurs, ce que fait Simon, son papa, une petite bête sur le mur, une idée, l’envie de faire autre chose. C’est vraiment très contrastant avec Simon qui lui a une grande attention. C’est parfois très frustrant, nous laissant toujours l’impression qu’elle préfère systématiquement autre chose à ce que nous avons accepté de faire pour elle, d’autant qu’elle insiste beaucoup pour que nous lui lisions un livre, mais vingt seconde après elle décide de vider une boîte qui traîne et d’énumérer son contenu…

 

Photos

Laisser un commentaire