Vilaran, avril 2016

20160427053144-IMG_20160427_053144Le mois d’avril 2016 est encore un mois chargé pour les Vilaran. J’ai beaucoup de travail, et de plus je dois partir une semaine sur Paris pour travailler dans notre appartement dont le locataire vient de partir. Et, le 27 avril, c’est la naissance de notre troisième enfant, notre petite Sarah.

Travaux à Paris

Nous possédons un petit appartement que nous louons à Paris. Le locataire, après 5 ans, a décidé de partir vers de nouveaux horizons. J’ai pris quelques jours début avril pour réaliser quelques travaux de rafraîchissement. Il était trop risqué pour Leeloo de venir, dans son neuvième mois de grossesse, j’étais moi-même un peu inquiet si jamais la petite Sarah décidait d’arriver avec un peu d’avance.

Arrivée le 7 avril, j’ai rapidement compris que 5 jours ne me suffiraient pas pour nettoyer, décaper le plafond qui avait subit un dégâts des eaux, poncer et re-huilé le parquet, changer le four, changer les toilettes, repeindre et réparer les dizaines de petites bricoles à droite et à gauche… De plus, j’ai voyagé léger, impossible de transporter mes outils en avion, j’ai donc du faire des multiples allers-retours à pieds vers le magasin Leroy-Merlin de Daumesnil, « seulement » à deux kilomètres… J’en ai aussi profité pour  acheter un gros sac à roulette et un matelas gonflable pour m’aider un peu durant mon séjour.

Bref, je reste deux jours de plus sur place pour tenter d’avancer un peu, mais je dois finalement rentré vaincu, devant faire appel à une société de peinture pour terminer ce que je n’ai pu accomplir…

Mais il m’aurait été difficile de rester plus, d’une part je ne voulais pas laisser Leeloo seule avec deux enfants à neuf mois de grossesse, et de plus, après une semaine à travailler 15 heures par jour en mangeant juste du pain, du jambon, des pommes et du lait, j’étais épuisé (j’ai perdu trois kilos dans l’histoire…).

Une maison ou pas de maison

La saga de l’achat de notre (potentielle) future maison continue. Il semble que la banque ait accepté, en avril, notre demande de prêt. Nous n’en sommes pas complètement sûr car il est vraiment difficile d’avoir une réponse claire de la part de notre conseiller, c’est toujours à demi mot : « oui, oui, normalement c’est bon, il faut juste que ci ou que ça, ça ne devrait prendre que 48 heures ». Un mois plus tard, nous ne sommes pas beaucoup plus avancés… Notre notaire, « solicitor » en anglais, s’occupe de rédiger et de s’assurer que tout est aux normes ; mais nous avons découvert que le notaire travaille tout autant pour la banque, il doit s’assurer que tout est en règle dans la maison que nous allons acheter, même si cela peut faire capoter l’affaire du côté de la banque. Des travaux réalisés dans la maison en 2009 n’avaient pas tous les documents requis. Cela ne nous posait aucun problème car nous étions au courant, pourtant notre notaire a consciencieusement détailler tous les problèmes potentiel à notre banque. C’est étrange car nous ne payons notre notaire qu’en cas de succès, et elle travaille donc, en quelque sorte, contre son propre intérêt.

Mais la seule caution de la banque ici est une sorte d’hypothèque, et il est compréhensible que la banque cherche à minimiser les risques si nous sommes de mauvais payeurs et qu’elle doit revendre la maison.

Bref, c’est long, mais certaines personnes nous attestent qu’il faut toujours compter six mois avant de pouvoir compléter l’achat ; nous n’avons commencé que début février, cela ne fait donc que trois mois, nous ne perdons pas espoir !

C’est toutefois très frustrant, car nous ne savons trop sur quel pied danser, doit-on faire des plans, prévoir des travaux, imaginer comment aménager ? Ou alors est-ce trop tôt et juste une future source de déception si l’achat ne se réalise pas ?

Dublin

De temps en temps, je vais faire un footing le samedi ou dimanche matin, quand le temps est beau, cela me permet d’assister à de jolis levers de Soleil. Nous allons aussi souvent simplement sur la place devant notre immeuble. Les jours ensoleillés sont très agréables. La place est grande et les enfants peuvent courir et faire de la trottinette. Nous devons simplement faire un peu attention au canal car il n’y a pas de protection sur les bords.

Naissance de Sarah

Nos préoccupations de futurs propriétaires se sont estompées dans la nuit du 26 au 27 avril, quand Leeloo a perdu les eaux et que nous sommes partis à l’hôpital pour la naissance de notre troisième enfant, une petite fille appelée Sarah…

Photos

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :