Sarah, 26 avril 2016, 23h

20160427003435-IMG_20160427_003435Le 26 avril 2016, Leeloo me réveille vers 23 heures, elle pense que sa poche des eaux s’est rompue.

Départ pour la maternité

Je tente de me coucher relativement tôt, souvent vers 22h, car il n’est pas rare que les enfants se réveillent à partir de 6 h le matin ; sinon j’en profite pour aller faire un petit footing. Le soir du 26 avril, après seulement une petite heure de sommeil, Leeloo me réveille, elle pense que sa poche des eaux s’est rompue. Leeloo est enceinte de Sarah, 37 semaines et 4 jours de grossesses. Il lui reste normalement encore une semaine selon le calendrier français, mais ici, en Irlande, le terme est noté au 28 avril, une semaine plus tôt.

20160426233642-IMG_20160426_233642Cela m’enchante guère, j’ai à peine dormi et la naissance d’un enfant est souvent éprouvante. Bien sûr c’est pour la maman que l’épreuve est la plus dure, mais le papa n’est pas en reste, il faut porter les sacs, s’assurer que tout se passe bien, subvenir au besoin de la maman en souffrance, la soutenir, la réconforter, l’aider à supporter la douleur… Bref, une longue nuit s’annonce devant nous.

Leeloo envoie un petit message à Anna, notre gentille amie qui s’est proposée pour garder Alice et Simon quand le jour J arrivera. Pendant ce temps, branle bas de combat, je rassemble rapidement les affaires pour la maternité, le sac de Leeloo, quelques habits supplémentaire, une gourde, un chargeur de téléphone, de quoi manger. Alice et Simon dorment profondément quand Anna arrive, vers minuit. Nous prenons la direction de la maternité, l’hôpital Holles qui se trouve à environ 1 km de chez nous.

Nous décidons d’y aller à pieds, même s’il fait encore très froid en cette fin avril en Irlande, tout juste zero degrè. Mais marcher est souvent profitable pour faire avancer un peu le travail. Nous arrivons dans la maternité vers minuit trente. Assez rapidement nous sommes pris en charge par une infirmière qui nous redirige ensuite vers une sage-femme. Leeloo a choisit le programme ‘domino’ qui permet d’être suivi par des sages-femmes et qui permet une approche plus naturelle et moins médicalisée de la grossesse et de l’accouchement.

La chambre d’accouchement

20160427001755-IMG_20160427_001755Surprise, Lary, ou Laurence, la sage-femme qui s’occupe de Leeloo, est française ! C’est vraiment une aubaine, car même si nous sommes suffisamment à l’aise en anglais, dans les situations extrêmes, comme un accouchement, c’est parfois plus simple d’hurler dans sa langue maternelle ! Laurence nous accompagne dans la salle qui sera notre salle d’accouchement. C’est une grande salle avec un lit mobile, plusieurs équipements de mesure, un gros ballon, plusieurs chaises, un fauteuil, et même une salle de bain attenante ! C’est vraiment luxueux et nous sommes très heureux de pouvoir bénéficier de cette chambre !

Laurence ausculte Leeloo et détermine que malgré les contractions que Leeloo a depuis une heure, le travail n’a pas encore commencé. Elle lui administre toutefois sa première dose d’antibiotiques. En effet, le streptocoque a été détecté dans les urines de Leeloo, et pour éviter tout risque de contamination lors de l’accouchement, Leeloo doit avoir deux perfusions d’antibiotiques à 4 heures d’intervalle pour que Sarah soit protégée lors de son passage dans le vagin de Leeloo.

Laurence nous donne rendez-vous dans deux heures, en espérant que le travail aura commencé d’ici là, sinon nous devrons remballer et patienter ailleurs…

Photos

Laisser un commentaire