Sarah, février 2016, septième mois de grossesse

IMG_20160220_101613-1500x825Leeloo est tombée enceinte aux alentours du 10 août 2015 et fin décembre nous avons appris que c’était une petite Sarah qui se trouvait dans son ventre.

Trois bouts de choux dans un mouchoir de poche

Alice avait 15 mois quand Simon est né. Nous avons patienté un peu plus avant de concevoir Sarah, mais elle n’aura malgré tout que deux ans et un mois de différence avec Simon, et trois ans et quatre mois avec Alice. Nous ne regrettons absolument pas (pour l’instant), d’avoir eu des enfants rapprochés, c’est tellement magique de les voir jouer ensemble. Ce n’est pas une partie de plaisir pour autant, Alice commence tout juste à être « raisonnable », alors que Simon, lui, perçoit encore difficilement le bien du mal, et s’ils peuvent jouer et rire ensemble pendant 20 minutes, rares sont les fois où tout ne se termine pas en pleurs.

Avoir un petit bébé en plus ne va pas simplifier les choses, et nous avons encore devant nous 2 bonnes années bien remplies. Non pas que les choses deviennent vraiment plus simples par la suite, mais dès que l’enfant parle et est propre, la logistique est tout de même facilitée. Il faudra encore sans doute 6 mois à Simon avant de parler un peu et apprendre la propreté, et nous n’aurons alors que les couches de Sarah à gérer, c’est déjà plus simple en déplacement…

Avoir un enfant après 30 ans

Nos pays occidentaux ont rendu commun d’avoir des enfants après 30 ans, et même de plus en plus ne PAS avoir d’enfant avant 30 ans, mais il n’en reste pas moins que le meilleur âge biologique pour avoir des enfants, c’est entre 16 et 24 ans ! Ensuite, le corps a plus de mal à récupérer, le risque de malformation et de fausses couches augmentent, tout comme le diabète gestationnel et toute une panoplie de séquelles qui seront plus difficiles à oublier.

Le père est évidemment un peu épargné dans cette injustice, mais les mamans doivent prendre un grand soin de leur corps et de leur grossesse pour reprendre au plus vite leur forme et leur énergie. Leeloo a la chance de pourvoir rester à la maison durant sa grossesse, et même si elle doit aller chercher Alice et Simon en début d’après-midi, faire 4 km de marche, et s’occuper d’eux l’après-midi, cela lui laisse quand même un peu de temps pour se reposer et ne pas avoir le stress d’une activité professionnelle en plus.

C’est bien sûr un luxe, mais parfois l’équation n’est pas aussi claire qu’on le croit. Si Leeloo travaillait, nous devrions payer la crèche à plein temps pour Alice et Simon, et de plus ils ne verraient leur parent qu’en coup de vent la semaine, avant que chacun de nous ne parte au travail et ne rentre à 18h30. Nous avons jugé qu’il était plus important que l’un de nous passe du temps avec eux tous les jours.

Diabète gestationnel

Comme durant la grossesse de Simon, Leeloo a développé un diabète gestationnel durant la grossesse de Sarah. Elle possède un glucomètre pour prendre son taux de sucre régulièrement. Sa tolérance au sucre est restée bonne les six premiers mois de grossesse, mais depuis le septième mois, même si cela varie suivant les jours, elle doit faire beaucoup plus attention aux glucides qu’elle consomme. Ce ne sont pas juste les sucres qui posent problème, mais toutes sources de glucides, et surtout celles que nous consommons en grande quantité, pain, pâte, riz, pomme-de-terre…

Pour limiter les conséquences de pics de sucre sur le fœtus, il faut manger avant tout repas suffisamment de fibres pour ralentir l’absorption des glucides, et aussi diversifier son apport en énergie et consommant plus d’huiles végétales, des noix, des amandes.

C’est difficile, surtout quand on est français et habitué à manger du pain, mais c’est pour le mieux pour le bébé et pour nous aussi ensuite. Nous avons une trop grande proportion de notre énergie venant des glucides, et la diversifier nous sera bénéfique à long terme. De plus, un diabète gestationnel est un signe précurseur d’un diabète de type 2. Leeloo a donc tout intérêt à changer son alimentation dès maintenant si elle ne veut pas subir les conséquences grave d’un diabète quand elle sera plus âgée.

Une nouvelle petite sœur

Les parents s’inquiètent toujours un peu de l’impact de l’arrivée d’un nouveau membre de la famille sur leurs précédents enfants. Le passage de deux à trois est sans doute moins traumatisant pour les enfants qui sont déjà habitués à partager avec leur frère ou leur sœur. Alice était bien jeune quand Simon est né et nous n’avions pas vraiment remarqué de changement de comportement.

Nous parlons de Sarah à Simon et Alice depuis que nous savons que Leeloo est enceinte, depuis le mois de septembre 2015. Alice a d’ores et déjà intégré Sarah à la famille; si nous lui proposons d’aller nous promener, Alice, Maman, Papa et Simon, elle va compléter : « et le petit bébé ». Si nous lui demandons de dessiner la famille, elle ajoutera un petit bonhomme pour représenter Sarah.

Photos

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :