La maladie de pieds-mains-bouche chez l’enfant

Fin octobre 2014, Alice, notre petite fille, a développé plusieurs symptômes faisant penser à la maladie appelée pieds-mains-bouche, maladie le plus souvent bénigne qui touche surtout les enfants entre six mois et quatre ans.

Symptômes

Depuis son retour de La Rochelle avec ses grands-parents, le samedi 25 octobre, Alice manifestait les symptômes du rhume. Nous n’étions guère inquiets, Simon et moi étions nous-même enrhumé, et Gabriel, avec qui Alice avait passé la semaine précédente, aussi. Le rhume d’Alice restait stable, sans vraiment s’aggraver ni se dégrader, jusqu’au mercredi 29 octobre, où elle développa une petite fièvre, de l’ordre de 38 ⁰C. Sans être courant, Alice a déjà eu à plusieurs reprise une ou deux journées de petite fièvre, comme au mois de juillet à Châteauvieux chez mes parents. Quelques boutons apparaissent sur ses pieds le soir du 30 octobre, mais ce peut être quelques petits boutons de transpiration à cause de ses chaussettes, ou tout autre petite allergie après une sortie extérieure, nous la laissons dormir tranquillement. Elle a toujours une fièvre légère de l’ordre de 37,5 ⁰C, nous lui donnons une dose de paracétamol pour qu’elle dorme bien.

Petits boutons

Le vendredi 31, Alice se recouvre de petits boutons rouge, en relief. Elle en a surtout sur les fesses, où ils sont plus gros, rouge avec une petite poche de liquide transparent. Nous pensons à la varicelle, mais les boutons ne grattent pas. Les boutons sont trop petits et isolés, et leur concentration au niveau des fesses est très étrange, pas du tout symptomatique de ces maladies. La fièvre est tombé, mais Alice refuse de manger, elle boit à peine son lait. Dans sa bouche, nous remarquons des rougeurs. Ses molaires sont en train de sortir, est-ce lié ? Il y a toute sorte de récits de réactions étranges en lien avec les dents. Toutefois, je n’y crois pas, les poussées dentaires peuvent être douloureuses, à n’en pas douter, mais je pense que les différents cas de fièvres, boutons, rougeurs ou autre sont en réalité des virus ou autre maladie que l’enfant passe en parallèle. Les bébés ont quasiment toujours une dent qui pousse entre 0 et trois ans, et il y a tellement de petites maladies inexpliquées, de virus étranges, qu’il est facile de tout mettre sur le dos d’une poussée dentaire, alors qu’il s’agit sans doute d’un énième virus.

Pieds mains bouche

Bref, la fièvre tombe, mais la bouche d’Alice n’est pas belle à voir, très rouge, avec de petits boutons blanc sur la langue et l’intérieur de la joue. Ce pourrait être un angine, mais elle n’a pas de fièvre. Les symptômes ressemblent plutôt à la maladie appelées « pieds mains bouche ». C’est une maladie infectieuse qui provoque notamment des liaisons buccales, une perte d’appétit, et l’apparition de boutons sur les paumes des pieds, des mains et des fesses. Nous n’avons pas de certitude, Alice n’avait pas ou peu de boutons sur les mains et les pieds, mais de nombreux boutons sur les fesses. Sa bouche était clairement très douloureuse, elle n’a quasiment rien mangé le vendredi 31 mise à part 400 ml de lait.

Évolution

La nuit du vendredi au samedi est très dure, à la fois pour Alice, qui tourne pendant 3 heures avant de s’endormir, et pour moi, qui reste à son chevet pendant tout ce temps. Le samedi matin, à 5 h, elle demande du lait et bois un biberon de 260 ml. Cela nous rassure, mais ce sera quasiment tout ce qu’elle boira de la journée.

Alice est fatiguée, mais elle continue toutefois à s’amuser et à interagir avec nous. Elle montre des signes de fatigue, et pleure beaucoup, notamment chaque fois qu’elle essaie de manger ou boire quelque chose, mais sans fièvre, nous décidons de laisser passer le week-end avant d’aller consulter un médecin.

La nuit du samedi au dimanche n’est pas moins dure, Alice dort tout de même un peu mieux, et bois de nouveau un biberon de 260 ml le dimanche matin. Elle va visiblement mieux le dimanche, acceptant de manger un tout petit peu de brioche au chocolat. Elle boit deux autres biberons dans la journée, pour un total d’environ 750 ml de lait de vache enrichi avec quelques cuillère de lait en poudre. Depuis quelques temps, le biberon d’Alice est composé d’environ 250 ml de lait, avec en plus deux cuillères de lait en poudre, cela permet de l’habituer au lait de vache, tout en complétant avec quelques suppléments présents dans le lait infantile, et de donner un peu de goût.

Durant sa maladie j’ai rajouté une cuillère de lait en poudre supplémentaire, soit 20 kcal. 750 ml de lait de vache et 9 cuillères de lait en poudre correspondent à environ à 500 ou 600 kcal, ce qui fait un peu moins de la moitié de l’apport énergétique recommandé pour une petite fille de 12 kg (pour les enfants de moins de trois ans, le besoin est d’environ 100 kcal par kg).

Entre dimanche et lundi, Alice dort un peu mieux, elle se réveille toutefois plusieurs fois dans la nuit en pleurant, mais moins fréquemment que la nuit précédente. Le lundi matin, Alice boit un biberon et demi, et mange un petit bout de fromage et de pâte de coing sans pleurer, mais sa bouche reste enflammée, et nous voyons toujours de petits boutons sur sa langue. Difficile d’estimer la perte de poids, lundi matin Alice pesait 11.5 kg, environ 500 g de moins que son plus haut de 12 kg le 26 octobre. La marge d’erreur est d’environ 200 g, alors ce ne peut être que 100 g réel de moins, ou alors 900 g, plus grave. Mais déjà 500 g représente 5 % de son poids, soit l’équivalent de 3 kg pour une personne de 60 kg.

Lente guérison

Lundi marque le quatrième jour pendant lequel Alice ne mange rien de solide. Nous espérions une amélioration, mais elle semble toujours avoir mal à l’intérieur de la bouche, ne goûtant que du bout des lèvres un peu de pain de mie ou de fromage frais. Elle mange toutefois un peu plus, finissant 4 biberons et demi. Si son apport calorique augmente, il reste encore, avec seulement 800 kcal, seulement au deux tiers de son régime normal. Elle dort mieux que les premiers jours, mais se réveille encore souvent en pleurant dans la nuit du lundi au mardi. Je dors une partie de la nuit avec elle, pour l’aider à se rendormir et la rassurer. Le mardi, les choses semblent enfin s’améliorer, Alice mange de nouveau de la nourriture solide, et pas uniquement pour goûter. Elle n’a pas encore son appétit d’antan, mais mange une bonne assiette de semoule aux légumes couscous et au poulet, et une charlotte aux poires qu’elle a confectionnée elle-même avec sa marraine la veille. Elle dort encore beaucoup, mais de manière évidente les choses s’améliore, on ne voit plus de boutons dans sa bouche, et ceux sur ses fesses ont quasiment disparu.

Il faut attendre la nuit du mardi au mercredi pour qu’Alice passe enfin une nuit complète sans pleurer. Le mardi 4 novembre était le 7ème jour depuis la montée de fièvre une semaine plus tôt. Une semaine, finalement, ce n’est pas si long pour une maladie, mais pour des parents inquiets, c’est beaucoup !

Précautions

Le syndrome de pieds-mains-bouche est causé par un virus qui se transmet par contact avec des sécrétions infectées d’un malade, comme la salive, la morve ou les matières fécales. Il est primordial, pour éviter la transmission du virus à d’autres enfants, de se laver systématiquement les mains après s’être occupé d’un enfant infecté.

Il n’existe aucun traitement pour cette maladie autre que soulager les symptômes, avec par exemple du paracétamol. Des vaccins semblent avoir été développés, mais aucun médecin ne nous en a parlé. Quoi qu’il en soit, la maladie se guérie d’elle même en une semaine et les complications sont très rares.

Rechute

La maladie pieds-mains-bouches ne s’attrape normalement qu’une seule fois au court de la vie, mais presqu’un an plus tard, en septembre 2015, en Irlande, Simon a attrapé de nouveau cette maladie, et Alice aussi. Les symptômes étaient un peu différents, les boutons un peu plus gros, plus visibles. Simon et Alice ont eu des boutons sur les pieds, les fesses, autour de la bouche. Heureusement, aucun des deux n’a vraiment été gêné pour manger, Simon se « nettoyait » simplement la langue régulièrement, car elle devait le brûler un peu. Alice a eu un peu de fièvre et des boutons, mais n’a pas manifesté de problèmes pour manger. Sans doute la souche irlandaise de la maladie est-elle un peu différente de celle qu’Alice a attrapé l’année dernière, cela explique pourquoi elle a pu avoir cette maladie de nouveau, mais aussi pourquoi les symptômes étaient plus bénins…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :