Simon, septembre 2015, dix-huitième mois d’un petit garçon

Simon
Simon

En septembre 2015, Simon fête ses dix-huit mois. Je trouve que c’est une date importante chez les enfants, car pour Alice et Simon, elle a marqué le début d’une réelle autonomie. L’enfant mange tout seul, quasiment sans assistance, il marche, commence à communiquer et à faire des activités solitaires, comme lire un livre ou dessiner.

Activité de Simon à dix-huits mois

Alice et Simon devant la télé
Alice et Simon devant la télé

Simon est toujours très attiré par ce que fait Alice, et il cherche en quasi permanence à interagir avec elle. C’est parfois l’occasion de jeu, et de plus en plus fréquemment nous les voyons s’amuser ensemble, courir dans la maison ou sauter sur le canapé, mais cela reste principalement une source de chamaillage. Alice parvient désormais à faire des activités calmes, comme lire, dessiner, faire de la pâte à modeler, mais avec un petit Simon dans les pattes, c’est mission impossible. Parfois il vient juste et la pousse, lui tire gentiment les cheveux, met son pieds sur son puzzle, lui en pique une pièce, ou lui arrache son jouet des mains ; il ne cherche pas à être méchant ou fait acte de jalousie, il veut simplement qu’elle lui courre après, ou qu’elle joue avec lui, mais il ne sait pas encore comment demander cela autrement qu’en perturbant ce qu’elle fait.

Alice ne le supporte pas, et généralement ces interactions sont sources de cris, de pleurs, de bousculades quand cela ne se termine pas par avec l’un qui tire les cheveux ou pousse violemment l’autre. Nous intervenons quand les cris ou les pleurs atteignent un certain seuil, ou quand l’un ou l’autre réagit un peu trop violemment aux titillements de l’autre.

Simon
Simon

Simon, toutefois, affiche une indépendance naissante, et parfois nous le trouvons tranquillement sur son lit en train de lire un livre. Il peut aussi prendre une petite boîte et en étudier le contenu pendant dix ou vingt minutes. Nous nous inquiétions, il y a quelques mois, de sa tendance à tout jeter dès qu’il changeait son attention, comme jeter son biberon une fois terminé, ou lancer tout objet qu’il avait dans les mains pour en prendre un nouveau ; cette attitude a disparu, il se montre désormais plus méticuleux, et il expose des signes suggérant l’arrivée imminente de la phase de l’ordre, dans laquelle les objets doivent être ranger à leur place.

Avec Alice, 18 mois était l’âge ou tout devenait plus simple, elle mangeait toute seule, savait exprimer de nombreuses idées par les signes, comprenait les consignes, pouvait lire un livre ou faire une activité par elle même. Simon, s’il est différent, démontre aussi un gain d’indépendance et de compréhension. Il semble moins enclin qu’Alice à effectuer une tâche pour nous, comme aller cherche un objet, ou nous aider à ranger, mais il obéit de plus en plus fréquemment, quand on lui demande de poser son biberon sur la table, de ramasser ce qu’il a fait tomber, de venir avec nous dans la salle de bain…

Toujours pas de prémolaires

Simon
Simon

Les dents de Simon prennent vraiment leur temps. En septembre, il a huit incisives, et une prémolaire commence enfin à sortir. Il ne peut toujours pas mâcher et c’est vraiment handicapant pour lui désormais qu’il mange tout seul, refusant catégoriquement d’être nourri. Il veut souvent manger la même chose que nous, ne faisant pas toujours le lien entre la pseudo-bouillie de son assiette et la jolie part de tarte dans la notre, mais quand on lui donne quelque chose de trop dur, il le mâchouille pendant quelques minutes puis recrache tout, lassé.

Heureusement, en fin de mois, les prémolaires semblent pointer le bout de leur crêtes, pas encore vraiment sorties, mais très bientôt de nombreux nouveaux aliments pourront faire partis de l’assiette de Simon, et peut-être perdra-t-il cette mauvaise habitude de recracher ce qu’il machouille depuis cinq minutes et qui n’a plus vraiment ni de goût ni de texture.

Simon ne veut pas se coucher

Simon et Leeloo
Simon et Leeloo

Le soir, le rituel consiste à changer la couche, se laver les dents, lire un livre puis dodo. Le tout souvent à partir de 20 heures. Simon suit avec plaisir ce petit rituel, mais il accepte rarement de rester au lit ensuite. Si Alice se couche tranquillement, Simon, lui, repart à l’aventure dans la maison, souvent pour venir nous voir. Nous le raccompagnons à de multiples reprises dans son lit, mais au bout de la quatrième ou cinquième fois, souvent nous nous enfermons dans notre chambre, pour qu’il comprenne que nous dormons. Il râle un peu, mais généralement il retourne de lui-même dans son lit, et quand nous sortons cinq minutes plus tard pour aller voir si tout va bien, il dort profondément…

En fin de mois, j’ai décidé de rester un peu plus longtemps dans leur chambre, la lumière éteinte, entre le lit d’Alice et de Simon. J’en profite pour méditer un peu, et si Simon est un peu trop dynamique, je l’invite à rejoindre son lit, mais les quelques jours où j’ai eu ce comportement, il est souvent rester sagement dans son lit. Peut-être a-t-il simplement peur qu’une fois coucher nous ne partions, peut-être veut-il simplement être réconforté, s’assurer que nous sommes toujours dans la maison.

En ce qui concerne le sommeil de Simon, tout comme celui d’Alice, il est désormais très bon, rares sont les nuits où il se réveille, et souvent un mot doux et une petite tape suffisent pour le rendormir.

 

Photos

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :