Simon, juillet 2015, 16ème mois d’un petit garçon

Simon et son trotteur
Simon et son trotteur

Simon a passé le mois de juillet 2015 avec sa sœur chez ses grands-parents paternels à Châteauvieux. La grande maison et surtout l’espace autour ont permis à Simon de grandement améliorer sa motricité. Suivre sa grande sœur ou explorer les alentours l’ont occupé pendant tout le mois.

Le langage des signes

Simon
Simon

Depuis qu’elle parle, Alice utilise beaucoup moins le langage des signes, elle signe encore de temps en temps quand nous ne comprenons pas ce qu’elle dit, mais les signes disparaissent lentement de son vocabulaire. Cela nous a nous aussi conduit à réduire l’usage des signes, et Simon en a subi les frais. Alors qu’Alice connaissait une vingtaine de signes à 16 mois, Simon commence tout juste à en faire quelques uns.

Nous tentons toutefois de les réintroduire dans nos interactions avec lui, car c’est très frustrant pour lui de ne pas avoir autant de variété dans sa communication, souvent il chouine en désignant la cuisine, nous comprenons qu’il a faim, mais sans plus, a-t-il soif, veut-il du chocolat, un biscuit, un yaourt ?

Simon emploie désormais le signe pour chaud, il m’a semblé le voir faire le signe de lait, mais c’est incertain. Il sait aussi, depuis quelques temps déjà, le signe de poisson, sans doute le signe de voiture, mais c’est surtout le son qu’il fait qui nous l’indique.

Un mois chez les grands-parents

Alice et Simon avec Papi Biot et Mamie Dou
Alice et Simon avec Papi Biot et Mamie Dou

Mes parents habitent une grande maison à la campagne dans le sud des alpes françaises. Pour Simon, c’est l’occasion de découvrir la nature, de marcher tout autour de la maison, de faire du trotteur, et surtout de tester la solidité de sa tête ! Le pauvre petit n’a pas froid aux yeux, et il se prend gamelles sur gamelles, mais cela ne doit pas lui faire si mal que cela, car c’est rare qu’il s’arrête pour si peu ! Ou alors le point de non retour est déjà franchi, il est trop tombé sur la tête et ne se rend plus compte du danger…

En un mois, il a acquis une grande aisance pour escalader, marcher, trotter, monter et descendre les escaliers, il a vite combler le retard qu’il avait par rapport à sa sœur au même âge. Désormais, il insiste souvent pour manger seul, et refuse généralement d’être nourri. Ce n’est pas encore très propre, mais il se débrouille bien. Comme il n’a que six dents, nous devons encore couper ou écraser sa nourriture, mais il mange désormais comme nous. Il semble un peu plus difficile en terme de fruits et légumes. Alice mangera tomate, pèche, fraise, et toute sorte de légumes sans broncher, Simon, lui, doit se voir proposer exclusivement un fruit ou un légume si nous voulons qu’il le mange.

Un petit garçon « dynamique »

Simon
Simon

Simon est très différent d’Alice, est-ce simplement la différence entre un petit garçon et une petite fille, ou juste parce que ce sont deux personnes différentes, nous ne saurons dire. Simon semble plus sanguin que ça sœur, il jette toute chose qui l’importune, et quand son attention change, tout valse. Si par exemple il tient un jouet, et en aperçoit un mieux, subitement c’est la seule chose qui compte, et tout ce qu’il a dans les mains est lancé au loin. Il réagit de même avec la nourriture, si nous lui proposons quelques chose qui lui semble meilleur alors qu’il est en train de mâchouiller autre chose, il va tout cracher et jeter pour récupérer au plus vite ce qui est nouveau.

Cela donne vraiment l’impression qu’il se concentre exclusivement sur une chose, et ne peu tolérer d’attendre ou de prendre le temps de cesser ce qu’il fait avant de se consacrer à une nouvelle activité. Et encore, nous avons lourdement insister pour l’inciter à ne pas tout jeter quand il n’a plus faim, désormais il repousse simplement sur la table ; auparavant cela valsait un peu partout dans la pièce…

De plus Simon est très costaud, il semble même plus fort que sa sœur, et gagne souvent quand il se chamaille pour un objet. Il a une poigne surprenante et parvient à pousser tout ce qui le gêne sur son passage, y compris un canapé. À Dublin, Simon dort encore dans le lit à barreaux. Alice parvient depuis quelques temps, en escaladant la chauffeuse accolée au lit, à y grimper dedans. Récemment Simon l’a suivi et a réussi, mais Alice, qui échouait auparavant, est parvenue enfin en sortir d’elle même du petit lit ; et bien Simon, qui l’a suivi, a réussi aussi ! Il faut dire qu’il ne semble pas éprouver la peur du vide, il lui arrive fréquemment de se mettre dans des situations clairement périlleuses, mais cela explique sans doute le nombre de chutes qu’il subit.

Le sommeil d’un petit garçon de 16 mois.

Simon
Simon

Depuis un mois ou deux, Simon dort très bien. C’est rare qu’il se réveille la nuit, et dort souvent de 21h jusqu’à 7h du matin. Il fait une longue sieste l’après-midi, souvent deux ou trois heures. Il s’endort facilement, souvent tout seul. Le soir, nous lisons une petite histoire puis nous le laissons dans son lit, il s’endort généralement en quelque minute. Quand parfois est est beaucoup trop excité, je le prends dans mes bras et le berce pendant quelques minutes, c’est souvent suffisant pour l’endormir.

Photos

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :