Alice, juin 2015, 30ème mois d’une petite fille

Alice s'amuse sur les docksAlice, Simon et Céline ont passé 3 semaines à La Rochelle en mai et passeront 1 mois en France de fin juin à fin juillet. Le mois de juin est un court mois en Irlande pour la famille. Alice retrouve ses amis à la crèche, mais pas pour longtemps car dès la fin août, c’est l’école qui commence !

L’évolution du language

Alice parle plus, elle utilise des phrases pour décrire le monde qui l’entoure. Bien souvent nous ne percevons pas clairement tous les mots qu’elle prononce, son élocution est encore sommaire, mais son vocabulaire s’agrandit, et nous nous efforçons d’utiliser un vocabulaire varié pour renforcer sa connaissance du français.

Alice rigole avec AlineEn effet, nous sommes les seules personnes avec qui elle parle français ici en Irlande, l’apprentissage de cette langue repose donc principalement sur nous. Bien sûr elle voit fréquemment ses grands-parents, mais au jour le jour, Leeloo et mois sommes les garants de cette langue.

Nous lui parlons uniquement en français et évitons délibérément d’utiliser l’anglais. Il est important qu’elle associe de manière unique cette langue avec nous. Il est recommandé d’attendre que l’enfant parle parfaitement les deux langues avant de pouvoir varier celle que nous utilisons. Et même quand Alice nous parlera en anglais, il est recommandé de lui répondre en français.

Elle commence cependant à utiliser quelques termes anglais, même s’ils sont rares, comme « mine » pour dire « à moi », ou « jump », pour « sauter ».

La nourriture à trente mois

Alice mange une tomateNous nous plaignons un peu de Simon qui ne mange pas de tout, c’est tout l’inverse pour Alice, elle fait rarement des difficultés lors des repas. Voilà longtemps qu’elle mange toute seule, avec fourchette et petit couteau, tous les plats que nous partageons avec elle. Nous limitons la nourriture entre les repas, mais il faut reconnaître qu’elle a toute l’opportunité de varier ses apports lors des 5 repas de la journée : petit déjeuner, encas à 10 heures, déjeuner, goûter à 16 heures et dîner à 19 heures.

Étrangement, Alice ne mange pas ses bâtonnets de poissons à la crèche. Ils apparaissent à l’un des repas chaque semaine, et Alice, systématiquement, refuse de les manger. C’est un peu surprenant car c’est le type de nourriture dont les enfants raffolent habituellement, mais peut-être ont-ils un goût différent, ou peut-être a-t-elle, un jour, eut une mauvaise expérience ?

Nous ne cuisinons pas fréquemment des bâtonnets de poisson, mais cela nous arrive, et elle ne fait pas d’histoires, sans doute ceux de la crèche ont-ils un goût particulier.

Activité d’une petite fille de trente mois

Alice escalade au jardin d'enfantsAlice aime beaucoup colorier, et elle parvient désormais à recouvrir à peu près correctement beaucoup de formes. Elle a dessiné ses premiers personnages tout récemment, papa, maman et Simon. C’est une des première fois qu’elle décrit ce qu’elle dessine. Elle aime aussi beaucoup que l’on dessine ou colorie avec elle.

Elle court beaucoup, dans la maison, sur l’aire de jeu, et peut marcher deux kilomètres sans broncher si la motivation est là, mais elle aime encore beaucoup se faire porter… Elle se débrouille plutôt bien sur les structures de l’aire de jeu, pour escalader, passer sur le pont de singe, rares sont les escaliers qui l’effraient.

Parfois, nous manquons un peu d’imagination pour proposer des activités à Alice, et elle s’ennuient un peu, mais nous ne devons pas trop culpabiliser, car il est important que l’enfant apprennent à s’occuper par lui-même, et l’ennui est une grande source de créativité et aide au développement de l’imagination.

Papa, Maman, Alice et bébé

En ce moment, tout est famille : deux gros chiens et un petit, c’est la maman, le papa, et le bébé ! Quatre verres sur la table : le papa, la maman, le bébé et Alice, bien sûr ! Mais cela s’applique à tout groupe d’objet, vivants ou non, statues, avions dans le ciel, coussins, triangles sur une feuille de papiers. Alice analyse tout son environnement avec ce regard, elle se crée un ordre du monde basé sur la famille, et c’est vraiment chouette.

D’ailleurs, depuis quelques temps, elle a changé la manière de se nommer. Jusqu’à présent elle disait « Ta » pour se désigner, « toi », car c’est le mot que nous utilisions. Mais désormais, elle utilise son prénom « Alice » ; quand nous avons un objet qui lui appartient, où quand elle veut qu’on le lui donne ; quand elle veut qu’on fasse quelque chose pour elle.

Le début de la propreté

Depuis quelques mois déjà, Alice fait quasiment toujours caca sur le pot. Elle demande parfois, mais plus souvent nous sentons qu’elle se tortille et lui proposons le pot. Elle a toujours un peu mal, souffrant de légère constipation, elle ne fait caca qu’une fois tous les deux jours, et la première crotte est un peu douloureuse, créant une appréhension. Cette peur est sans doute une des causes de ses constipations, elle se retient jusqu’à ne plus pouvoir tenir.

C’est difficile de trouver la bonne posture vis à vis de ce problème, en parler trop rend l’enfant anxieux, de pas en parler ignore le problème. Finalement, nous avons choisi la technique Sam le Pompier. Nous proposons à Alice de regarder Sam le Pompier sur le pot, et souvent elle en profite pour faire caca.

Depuis quelques mois, c’est ainsi très rare qu’elle fasse caca dans sa couche, cela arrive parfois quand nous ne sommes pas à la maison, ou quand elle a des coliques. En juin, nous avons commencé l’apprentissage du pipi sur le pot. Dans un premier temps, nous avons réutilisé des couches lavables pour augmenter les sensations d’Alice. Mais ce n’était pas vraiment suffisant, alors nous avons testé avec des petites culottes, et au moins elle se rendait compte immédiatement quand elle faisait pipi. Vers la fin du mois, elle demandait parfois d’aller sur le pot avant de faire pipi, mais c’était encore rare, et après notre départ en France le 26 juin, nous sommes revenus aux couches classiques pour faciliter nos déplacements.

La perturbation d’un petit frère

Si Simon bénéficie beaucoup de sa grand sœur pour apprendre et améliorer sa dextérité, souvent il est une source d’interruptions et Alice a beaucoup de mal à se concentrer sur une tâche quand son petit frère lui tourne autour. Simon vient systématiquement prendre ou pousser Alice quoi qu’elle fasse, impossible pour elle de passer un moment calme à dessiner ou peindre.

C’est pour cela que nous plaçons parfois Alice hors de portée de Simon, assise sur la table de la cuisine, pour lui permettre d’avoir un peu de calme. Simon est rarement content dans ces moments là, râlant de ne pouvoir voir ce que fait sa sœur, mais nous pensons qu’il est primordial que notre petite fille aie ses moment à elle, où elle peut rester une demi-heure au calme.

Photos

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :