Alice, mai 2015, 29ème mois d’une petite fille

En mai, Alice a passé trois semaines avec sa maman et Simon chez ses grand-parents à La Rochelle. Alice a joué avec son cousin Gabriel, qui a trois mois de moins qu’elle.

Le long parcours du langage

Alice possède désormais un vocabulaire très varié, nous ne comptons plus les mots qu’elle connait, elle en prononce des dizaines. Elle formule des phrases, elle commence même à raconter des histoires, « Papa et Maman et Alice et Simon vont prendre l’avion pour aller voir Papi et Mamie ». Bien sûr, quiconque autre que nous entendant Alice prononcer cette phrase ne comprendrait vaguement que Papa, Maman, Papi et Mamie, son articulation est encore extrêmement sommaire. Souvent elle semble formuler des idées complexes, raconter des histoires, mais nous ne comprenons que quelques mots.

Elle simplifiait les mots trop longs, comme barbapapa, ou escargot, désormais elle prononce toutes les syllabes, même si cela ressemble plus à ‘cacago’. Elle utilise encore quelques signes, comme « encore », mais ils disparaissent petit à petit de sa communication.

La mémoire des gens

IMG_8394-1500x825Jusqu’à 8 mois, Alice n’était pas trop méfiante envers les étrangers, elle acceptait facilement de se laisser porter ou de jouer avec des inconnus. À 18 mois, elle a changé de comportement, étant beaucoup plus timide face à de nouvelles personnes. Généralement cette réserve passait en une petite heure, mais elle se réitérait à chaque visite. Quand Alice retrouvait ses grands-parents, surtout ses grand-pères, elle affichait toujours une certaine crainte au début.

Depuis ses deux ans, Alice reconnaît fidèlement ses grands-parents. Nous les contactons fréquemment en vidéo-conférence et elle est contente de les voir sur la télé, même si elle est toujours un peu timide quand il s’agit de leur parler. Cependant, ses papis et mamies font partie intégrante de ses connaissances. Nous tentons de les distinguer avec des variations sur papi et mami, comme Papibiot, Mamidou, Papidaddy et Mamiclaudie, mais elle se contente de « papi » et « mami ».

J’avais un peu peur durant mon séjour aux États-Unis et nos trois semaines de séparation, avec un décalage horaire ne facilitant pas les communications, qu’Alice m’oublie un peu, mais apparemment elle se souvenait de moi quand nous nous sommes retrouvés à l’aéroport car elle m’a tendu les bras immédiatement.

Et même si elle n’a pas vu ni parlé à son amie Léah de la crèche, elle se rappelait toujours d’elle, ainsi que de Jonathan, qu’elle n’avait pas vu depuis un mois.

Photos

Photos prises par Papidaddy

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :