Alice, mars 2015, 27ème mois d’une petite fille

Nous sommes désormais au stade, où, quand on nous demande l’âge d’Alice, nous répondons simplement « 2 ans ». Mais Alice a tout de même changé depuis ses deux ans, surtout concernant le langage ; elle prononçait alors timidement et laborieusement un nouveau mot toutes les semaines, désormais chaque jour un ou plusieurs nouveaux termes viennent enrichir son vocabulaire.

Une petit fille qui veut parler

Alice marche à Herbert ParkAlice nous sollicite continuellement sur tout ce qui l’entoure. Quand elle voit un objet connu, elle veut le confirmer avec nous. Quand elle entend un son, dans la rue, elle nous demande ce que c’est. Quand elle aperçoit un objet d’une couleur qu’elle sait prononcer (jaune, vert ou bleu), elle s’empresse de nous le montrer.

Cette curiosité nous incite à lui donner un large vocabulaire, et elle essaie souvent de répéter le mot après nous. Son articulation reste sommaire et est généralement constituée uniquement des voyelles. Par exemple, elle dit « éyéyé » pour dire « réveiller ».

Seuls nous, et dans certaines conditions, pouvons comprendre la plupart de son vocabulaire. Nous passons souvent plusieurs minutes à énoncer des hypothèses pour tenter de décrypter ce qu’elle exprime, mais cela l’incite aussi à faire des efforts pour se faire comprendre, en rajoutant des signes ou d’autres indices pour nous aider.

Une mauvaise grippe

Dans la famille, c’est Alice qui a souffert le plus de notre gros épisode grippal de la Saint Patrick. Elle a attrapé la grippe le 15 mars, comme moi, et gardé la fièvre de nombreux jours. Elle allait un peu mieux le week-end suivant, mais malheureusement elle a attrapé comme Simon et moi cette méchante gastro-entérite qui la faisait vomir dès qu’elle mangeait ou buvait autre chose que de l’eau. Simon n’a eut les symptômes que deux jours et moi une seule journée, mais la pauvre petite n’a quasiment rien mangé pendant cinq jours !

Cela l’a grandement affaibli, et nous commencions à être inquiets, mais même affaiblie, Alice gardait un bon moral, buvait beaucoup d’eau, comme nous le lui recommandions, et nous parvenions tout de même à lui faire manger de très petites quantités de nourriture de temps en temps, comme un petit bout de banane ou de pain, toutes les heures.

Heureusement, une fois la grippe terminée, elle a vite reprit le chemin de la croissance, avec un bon appétit et beaucoup d’entrain. Nous étions rassurés.

Photos

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :