Simon, octobre 2014, septième mois d’un bébé

En octobre 2014, Simon parfait la position assise, qu’il maîtrise désormais assez bien. Il ne parvient toutefois pas encore à s’asseoir tout seul, mais par contre il se met constamment à quatre pattes, mais il ne sait trop quoi faire ensuite, et fini par râler de frustration…

Les couches lavables

DSC_4561-1500x825Nous avons commencé à utiliser des couches lavables sur Simon pour ses cinq mois. Pour Alice, nous avions tenté l’expérience dès la naissance, mais avec des cacas fréquents et très liquides, l’expérience était usante. Nous avons conclu de ne commencer les couches lavables sur Simon qu’au moment de sa diversification alimentaire et l’apparition des crottes dures.

À vrai dire, nous avons commencé un peu avant, car Simon ne fait caca qu’un jour sur deux, ce qui est, admettons-le, extrêmement pratique.

Les couches lavables limitent l’exposition des fesses du bébé aux produits chimiques contenus dans les couches jetables. En effets les produits permettant d’améliorer l’absorption des couches jetables, le sodium polyacrylate, ainsi que le chlore utilisé pour les rendre plus blanche, ou encore les composants des éléments en plastiques, tous peuvent provoquer des réactions allergique, ou générer des composés organiques volatils (COV) comme le toluène, ethylbenzene, xylène ou encore le dipentene.

Une exposition passagère n’est pas dangereuse, mais pendant presque trois ans, en quasi-permanence, cela commence à faire. Alors, par précautions, nous tentons d’utiliser des couches lavables quand nous le pouvons, souvent quand nous sommes à la maison, car cela nécessite pas mal de manutention.

Économiquement, cela est un peu plus intéressant que les couches jetables, mais ce n’est pas le critère principal, car si en effet, les couches lavables sont réutilisables, il faut aussi les laver ! Et cela nécessite beaucoup de travail, surtout quand bébé à fait un gros caca bien coulant ! Il faut avoir le temps de les décrasser rapidement au robinet avant des les entreposé dans un endroit suffisamment aéré avant de les passer en machine. En coût brut, en ne comptant que l’énergie utilisée pour les laver, et éventuellement les sécher, comptez 5 centimes par couche. Si vous ajoutez le temps passé à s’en occuper, dans tous les cas, les couches lavables vous coûteront beaucoup plus cher que le confort des couches jetables.

Mais la raison principale, ce n’est pas l’argent, c’est limiter l’exposition de notre petit bébé à de multiples produits chimiques reconnus dangereux dès ses premiers mois et années de vie. C’est pour cela que nous le faisons, mais nous savons aussi dans les moments un peu compliqués, comme pour préparer notre déménagement en Irlande, repasser en mode couche jetable exclusif, pour ne pas devenir fous !

La nourriture d’un petit garçon de 7 mois

IMG_20141013_141429-1500x825Durant son septième mois, Simon a vraiment élargi sa diversification alimentaire, prenant trois repas par jour. Il tête deux fois le matin, souvent vers 6h puis 9h, ensuite prend un premier repas à midi. Une purée de légume avec de la viande ou du poisson, une compote et un yaourt, ou bien un petit suisse. À 16h, le goûter, une compote et un petit suisse, ou bien un fruit. À 19h, enfin, le dîner, de nouveau une purée de légumes, s’il a encore faim, encore un yaourt, un petit suisse, mais souvent il finit les restes de ses deux repas précédents. S’il est grognon, une petite tétée après son dîner, et une dernière avant d’aller au lit pour de bon, vers 21 h.

Après quelques semaines de purée simple (carotte, courgette, brocolis, céleri), désormais ses purées sont mélangées avec un peu de protéines (viande ou poisson), ainsi que des petits morceaux, pâtes, riz. Il mordille souvent son bout de pain pendant le repas. Son appétit est très variable, il peut certains jours manger 200 g de purée et 50 g de yaourt ou compote, et d’autres jours simplement 100 g de purée et un peu de lait.

Nous lui proposons systématiquement, toutes les cinq ou six cuillères, de boire un peu de lait. Nous préparons 150 ml de lait de suite, environ, qu’il boit par petites gorgées tout au long de la journée, entre le repas de midi et le repas du soir. Mais pour l’instant, la tétée reste encore un moment privilégié, il est très clair qu’il y associe beaucoup de plaisir. Même après un bon repas, il ne refusera pas une tétée, et il n’est pas rare qu’il en demande dans la journée.

Allaiter un bébé de 7 mois

DSC_4559-1500x825Leeloo donne encore environ 4 tétées par jour à Simon, deux le matin, et deux le soir. Parfois, quand il est vraiment grognon la journée, ou s’il dort vraiment mal, Leeloo peut lui proposer de nouveau le sein. Mais généralement, il semble content avec ses quatre tétées. Nous ne savons pas trop comment nous nous organiserons en Irlande. Nous partons dans trois semaines, et Leeloo aura sans doute bien du travail sur place, car je ne serai plus à la maison la journée.

La tétée est un moment privilégié pour le bébé mais aussi pour la maman, c’est vraiment le moyen de se connecter avec son enfant, et Leeloo regrette un peu d’avoir dû cesser de faire téter Alice à 9 mois, quand elle était enceinte de Simon de trois mois. Mais force est de constater que la diversification alimentaire allant, le bébé a de moins en moins besoin du lait maternel. En effet, même s’il peut bénéficier de ses apports uniques jusqu’à deux ans et plus, il est rare que les mamans allaitent aussi longtemps, toutefois, si ce n’est pas trop contraignant, une petite tétée le matin et une le soir peuvent permettre de garder un moment unique avec son enfant, aussi longtemps que la maman ou le bébé le désire (enfin, il arrivera sans doute un jour où bébé voudra une voiture et quittera la maison pour de bon).

Activité d’un bébé de sept mois

IMG_20140928_105319-1500x825Simon parvient tout juste à se mettre assis tout seul, mais c’est encore plus de la chance qu’une réelle capacité. Par contre, il se met très souvent à quatre pattes. Il n’avance pas encore vraiment. Toutefois, par une combinaison de quatre pattes, de simili pompes, de mouvements de limace, il parvient à se déplacer de presque un mètre en un petit quart d’heure. Il ne lui manque pas grand chose pour le quatre pattes, il faut juste qu’il comprenne qu’il doit avancer ses petits bras en avant !

Simon, comme sa grande sœur, met encore tout à la bouche, attention à ne pas laisser traîner n’importe quoi ! J’ai d’ailleurs eu une grosse frayeur quand je l’ai surpris en train de manger un petit sachet de silicate anti-humidité, que l’on trouve dans de nombreux paquets. Heureusement ces petites billes ne sont pas toxiques et si votre bébé en mange quelques unes, il ne court aucun risque. Quoi qu’il en soit, il faut rester prudent car avec une grande sœur qui trifouille un peu partout, le petit bébé a vite fait de mettre la main sur une multitude d’objets interdits !

Photos

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :