Départ pour Dublin

Nous avons trop de bagages !Je débute mon nouveau travail chez Google à Dublin, en Irlande, le 1er décembre ; depuis la fin octobre, nous préparons activement notre déménagement. La dernière semaine avant le départ est particulièrement chargée avec le déménagement, le nettoyage de notre appartement, les valises, puis le grand voyage. Nous appréhendions un peu la journée de voyage, de Janvry, où nous logeons nos derniers jours en France, vers Dublin, notre nouvelle maison.

Tout doit disparaître !

Notre appartement tout videNous avons choisi l’option d’un déménageur professionnel pour emporter toutes nos affaires en Irlande. Notre appartement n’est pas très grand, mais avec deux petits on accumule vite, et nous avions bien d’autres choses à penser en plus.

Mais pour que la garantie coure, nous devons laisser les déménageurs empaqueter nos affaires, et nous ne savions pas trop que faire pour préparer le terrain, alors nous n’avons quasiment rien fait. Et c’est dur de se dire que dans une semaine, il n’y aura plus rien, quand nous vivons toujours dans notre bazar habituel !

Finalement, nous aurions dû ranger un peu plus d’affaires, les déménageurs sont rapides, mais ne font pas de quartier, prennent un carton, le remplissent avec tout ce qu’ils trouvent, prennent un autre carton, ça va vite mais parfois il est malin de caler tel ou tel objet fragile dans un pack de linge, ou de pré-remplir certains cartons ou sacs. Heureusement, nous avons pu remplir la plupart de nos meubles d’objets légers, coussins, couettes, pour gagner de la place, mais finalement, d’après les déménageurs, nous avions largement la place dans le container de 20 pieds, correspondant à 30 m³.

Nous pensions laisser les petits pendant les trois jours de déménagement, mais finalement, nous décidons qu’il est mieux qu’ils voient un peu ce qu’il se passe, pour comprendre que nous partons dans une nouvelle maison.

Derniers jours en France

La chauffeuse fait un bon canapé pour Alice et SimonLes déménageurs sont passés entre lundi et mercredi, et le mercredi soir nous allons dormir chez la grand-mètre de Leeloo, Mutty. Mes parents arrivent le jeudi soir pour nous prêter main forte durant le nettoyage de l’appartement et repartir avec notre voiture, notre vieille Golf que nous avons depuis 2010, et avec laquelle nous avons tout de même parcouru 60 000 km !

C’est fou la quantité d’objets accumulés. Nous avons tout de même fait un tri assez drastique les mois avant notre départ, en nous séparant de notre clic-clac, de diverses tables d’appoint, de trois ou quatre ordinateurs, en donnant de multiples cartons d’habits à Émmaüs ou au secours catholique, en laissant le siège auto de Simon et le transat à une future maman de jumelles qui en aura bien besoin.

Malgré tout, après les déménageurs partis, nous avons encore rempli la golf trois fois à craquer d’affaires qui partiront chez Mutty ou mes parents…

Le grand voyage

Alice dans l'avionSimon se réveille deux fois durant la nuit avant le départ, mais dans un lit inconnu, dans une maison inconnue, ce n’est guère étonnant. Sa grande sœur ne dormait jamais très bien, elle non plus, les premières nuits dans un endroit nouveau. C’est désormais moins vrai, et elle passe deux bonnes nuits dans la chambres de ses grands-parents. Nous nous levons finalement vers sept heures, pour prendre le temps d’un dernier petit déjeuner digne de ce nom, grâce à l’hospitalité de Mutty.

Nous attendons tous un peu nerveusement l’arrivée du taxi. Quelques dernières photos, Papibiot et Mamidou profitent encore un peu de leurs deux petits-enfants. Nous nous demandons si nous allons parvenir à tout trimbaler, toutes nos valises, nos sacs, les enfants, la poussette…

Quand je dis à Céline que Google Now me recommande de partir à 10h06 en direction de l’aéroport, elle se dit qu’elle aurait dû demander au taxi de venir à 9h au lieu de 9h30…

Finalement, le taxi arrive en avance à 9h10, et le chargement effectué puis les dernières embrassades émues, nous quittons Janvry dans le taxi-van qui nous emmène à Roissy. Samedi matin, le trafic routier est calme, une heure nous suffit pour rejoindre l’aéroport. Nous avons de la chance lors de l’enregistrement des bagages, une très gentille hôtesse d’Air France nous prend sous sa protection, pour nous faire griller la queue et passer la sécurité, si bien qu’à 11h30 nous sommes tranquillement installés dans le hall d’embarquement. Le temps de nourrir et changer les petits, d’envoyer nos derniers petits messages de France, et nous voilà dans le bus en direction du petit avion opéré par CityJet qui nous emmène vers notre nouvelle ville.

Les petits dorment la fin du vol, Simon se réveille après l’atterrissage, Alice, elle, dort encore profondément et nous devons la secouer un peu pour sortir de l’avion. Ils n’ont pas souffert de la dépression, mais Simon a eu droit à une tétée de réconfort et Alice à de petit bonbons au citron. Une navette vient nous chercher pour nous emmener à notre appart-hôtel, et à 16h, nous sommes tous en train d’explorer notre nouvelle maison pour deux mois.

Je vais faire un saut au Spar du coin pour acheter de quoi faire notre premier repas dublinois, rien de bien extravagant, une pizza (3.5 € une petite pizza surgelée), du lait (1.9 € pour 2 l), du jus d’orange (1.5 € pour 1l de concentré), quelques pommes (0.55 € la pomme). C’est pas donné mais cela correspond à notre petite épicerie de quartier à Paris, il ne faut pas y aller pour faire des affaires !

Premier jour à Dublin

Les docksNotre première nuit dans l’appartement se passe relativement bien, il faut dire que tout le monde est fatigué. Le petit Simon se réveille deux fois, une fois à minuit quarante, et une nouvelle fois à quatre heures trente. J’hésite alors à l’amener à Céline, en effet cela correspond à cinq heures trente en France, heure à laquelle il peut prétendre à une collation, mais finalement il se rendort bien, et il dormira jusqu’à huit heures !

Nous nous réveillons sous un magnifique ciel bleu, qui durera toute la journée ! Nos vivres étant légères, nous consacrons cette première journée à une mélange de balades et de courses.

Nous avons un Fresh, the good food market, juste à côté, suffisamment fourni pour la plupart de nos besoin, un peu cher, sans doute, mais à deux pas.

L’après-midi, après un repas et une sieste, nous partons faire un petit tour vers le Sud, où nous trouvons un Tesco plus abordable qui nous permet de compléter nos courses, notamment avec des fruits et légumes.

La journée est restée ensoleillée, mais frisquette, 5 ⁰C le matin, 9 ⁰C l’après-midi, pas de quoi traîner trop longtemps sous un petit vent rafraîchissant…

Notre seconde soirée, spaghetti sauce tomate, les petits ne font pas long feu, Simon s’endort à 18 h 30 sans même dîner, Alice mange à peine et demande à aller se coucher très vite, elle s’endormira sans même que je lui lise une histoire, en regardant les lumières du Convention Center, qu’elle voit très bien à travers la grande baie vitrée de sa chambre…

Photos

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :