Naissance d’Alice, ses premiers jours

La petite vie extra-utérine de notre fille Alice commence le lundi 24 décembre 2012 à 21h06, un peu en avance sur la date du 12 janvier estimée. Cette avance la rend un peu plus menue que son poids de naissance pronostiqué de 3.5 kg, elle ne pèse en effet que 3 kg et 45 grammes, ce qui reste tout à fait honorable pour ses 49 centimètres. Sa première nuit avec sa maman à la maternité se passe bien, la petite Alice dort beaucoup.

Leeloo suit les conseils des sages-femmes pour tenter de l’allaiter. Ce n’est pas simple, les petits bébés ont bien le réflexe de succion, mais encore faut-il qu’ils prennent correctement le téton ! La première gageure de la jeune maman est en effet d’apprendre à nourrir son enfant, car ce n’est pas automatique !

Mardi 25 décembre 2012, 2 kg et 990 grammes.

Le jour de Noël, Alice dort une grande partie de la journée, elle tétouille sa maman qui n’a pour l’instant que du colostrum. Ce prémisse au lait maternel est très important pour le nouveau-né, car il  est très riche en protéines et anticorps indispensables à l’immunisation du bébé. Les anticorps donnés par la mère dépendent des maladies ou vaccins qu’elle a connus dans son existence, mais protègent efficacement le bébé contre les agressions d’un environnement similaire à sa maman. Alice est calme, nous apprenons à lui donner le bain et effectuons sa première pesée, 2 kg et 990 grammes.

Elle va perdre dans les jours qui suivent jusqu’à 10 pourcent de son poids le temps que Leeloo ait sa montée de lait, et qu’Alice apprenne à téter efficacement. L’allaitement maternel apporte de nombreux avantages au petit bébé, mais il manque aussi certaines vitamines, notamment la vitamine K et la vitamine D, qu’il faut apporter en supplément si l’allaitement est exclusif. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande grandement l’allaitement des bébés pendant au moins six mois. Ce n’est pas toujours simple dans nos emplois du temps modernes, mais Leeloo aimerait tenter d’allaiter Alice le plus longtemps possible, pour donner le maximum de chances à sa petite fille.

Mercredi 26 décembre 2012, 2 kg et 860 grammes.

La mise au sein est difficile, les sages-femmes insistent beaucoup pour aider Leeloo, mais Alice nécessite entre 30 minutes et 45 minutes de mise au sein (en hurlant qui plus est) avant de téter à peine. Cela la fatigue beaucoup, elle mange peu et dort plus encore. Son poids chute, elle pèse désormais 2 kg et 860 grammes. L’attention se porte aussi sur la jeune maman, un accouchement est très éprouvant et le corps subit de multiples chamboulements. L’équipe médicale veut s’assurer que la mère retrouve au plus vite toutes ses capacités primaires : uriner, déféquer et cicatriser des petites déchirures qui se sont faites lors de la poussée finale.

De nos jours, puisque le séjour à l’hôpital doit se terminer au plus vite, la liste des vérifications, de plus en plus longue, s’effectue en quelques jours à peine. Bébé doit reprendre du poids, dormir, bouger, faire le test de Guthrie, le test d’audition, être traité contre la jaunisse ; maman doit faire pipi, caca, manger, dormir, cicatriser… L’emploi du temps de la jeune maman est exténuant, et il est très difficile de trouver le temps de se reposer un peu entre deux visites de sage-femme.

Tout le stress est psychologiquement complexe à gérer par la jeune maman qui a déjà bien à faire pour s’occuper du nouveau né. Dans l’émoi et sous la pression, Leeloo a eu le malheur de ne pas faire pipi le premier jour, branle-bas de combat de l’équipe médicale, Leeloo sera sondée plusieurs fois par jour, pour vérifier si sa vessie se vide correctement, pour prévenir un claquage. Une vessie peut contenir jusqu’à 1 litre d’urine, normalement  une fois le demi litre atteint, cet organe envoie un signal au cerveau pour indiquer qu’elle a besoin d’être vidée. Parfois ce signal n’est pas envoyé et la vessie ne cesse de se remplir, jusqu’à plus de 1 litre et demi, ce qui peut provoquer un claquage de la vessie : elle peut ne plus se vider complètement et rendre plus aisé la prolifération des bactéries provoquant des infections urinaires.

Cette situation très contraignante oblige la mère à vider sa vessie par une sonde plusieurs fois par jour, jusqu’au retour fonctionnel de la vessie, qui peut prendre un mois. Il est compréhensible et louable que l’équipe de la maternité veuille éviter à tout prix un claquage de vessie, mais parfois un cercle vicieux s’installe, la maman stressée ne sait plus trop si elle a envie ou pas de faire pipi, les sondes urinaires, irritantes, augmentent ce stress, d’autant que des risques d’infections y sont adjoints, bref, cela devient vite un calvaire ! Pendant ce temps, il faut s’assurer que le bébé va bien, notamment qu’il ne développe pas, comme 1 bébé sur 4, une jaunisse.

Cette affectation bénigne, si elle est repérée et traitée, est le signe d’un foie encore un peu immature qui n’élimine pas un excès d’une protéine colorant la peau du bébé d’un teint jaune, la bilirubine. Cette protéine,  normalement éliminée par les urines (et qui les colore en jaune), provient du renouvellement des globules rouges. Les nouveaux-né possèdent souvent un excès de globules rouges, et leur destruction par la rate génère cette protéine la bilirubine, qui est toxique au delà d’un certain seuil dans le sang. Le temps que le petit foie se mette en route, les bébés atteints sont traités par luminothérapie, placés sous une lumière détruisant l’excès de protéines sous la peau du nouveau-né. Alice est à la limite de la valeur demandant un traitement, mais ne le recevra pas finalement, son taux diminuant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :