Construire un coffre en bois

Cet article décrit la réalisation d’un coffre sans clou ni vis, mais nécessite une défonceuse, si vous voulez réaliser un coffre encore plus simple, vous pouvez consulter l’article qui explique comment concevoir et construire un coffre en bois avec très peu d’outils.

J’aime bien les outils,  électroportatifs ou non. Sans être collectionneur, tous ces petits jouets pour adultes occupent beaucoup de place. Notre propriété étant modeste, ils se trouvent dispersés un peu partout dans nos pièces, placards, rangements divers. Heureux propriétaires d’un petit balcon, j’imaginais un monde plus doux où un grand coffre boîte serait un moelleux conteneur pour mes multiples machines et marteaux. La littérature publicitaire propose plusieurs exemples de caisses ou autres coffres en résine ou en bois, à des prix très attractifs.

Mais fi de ces alléchantes offres, je concevais en secret dans mes moments de solitude les plans d’une boîte de rangement suffisamment simple pour être réalisable par mes faibles moyens. C’est ainsi que le projet de création de ce grand coffre fut entrepris, et après moult réflexions je créais un premier jeu de plans, compatible avec les planches de bois de mon fournisseur pour bricoleur du dimanche le plus proche.

Idée

Les contraintes :

  1. utiliser simplement du pin ou du sapin pour la structure, bon marché (et puis si je casse tout c’est moins grave) ;
  2. limiter au maximum l’usage de clous, vis et autre équerres ;
  3. avoir un espace utilisable de l’ordre de 120 cm x 50 cm x 40 cm ;
  4. pouvoir s’asseoir dessus ;

Dans un premier jet, j’envisageais de construire ma caisse avec quatre piliers solides maintenant les cloisons et le fond. Ces piliers supportent le poids de la caisse mais aussi des personnes assises dessus. Ils sont d’un seul bloc pour assurer leur solidité. La liaisons entre les parois, le fond et les piliers peut se faire via vis, clou, équerre mais aussi par emboîtage. C’est la solution que je préconise pour éviter l’ajout de quincaillerie inutile.

La première étape est de dessiner un plan de montage ; seul celui-ci peut éviter de créer des assemblages ou des montages impossibles. Mon expérience dans la construction de mobilier étant réduite, tout comme mon outillage, je veux pouvoir construire ce coffre sans nécessiter de précision ou l’usage de machines professionnelles.

Les outils à ma disposition :
  1. scie ;
  2. règle, équerre, crayon, mètre ;
  3. maillet ;
  4. lime à bois ;
  5. défonceuse ;
  6. scie-sauteuse.

La défonceuse est un équipement peu fréquent chez le bricoleur du dimanche, mais je pense que c’est un des rares appareils qui permettent de faire des choses magiques, nécessitant beaucoup de savoir faire et de patience sans celui-ci. Une défonceuse est une toupie sur laquelle se fixe une mèche permettant d’usiner le bois (appeler fraise). Cette machine permet de créer très facilement tenons et mortaises, assemblage en queue d’aronde ou encore rainures. Je possède une défonceuse Perles OF9 dont je suis très content.

Les plans


Pour l’assemblage, je prévois une encoche et une rainure réalisée avec une fraise en queue d’aronde pour maintenir les parois. Les quatre piliers sont maintenus par les parois, ce qui les gardent parallèles entre eux. Pour conserver la structure en rectangle, les angles droits sont maintenus grâce à la planche du fond, liant aussi les quatre piliers.

Une fois le principe de l’assemblage trouvé, il faut détailler les étapes de montage pour s’assurer de la faisabilité. Il ne faut pas hésiter à passer du temps sur cette étape. Il faut également simuler les différentes forces sur la structure, en s’imaginant pousser, tirer, appuyer à différents endroits et détecter les points faibles dans la robustesse. Généralement, une faiblesse structurelle apparaît quand on doit conserver deux piliers parallèles, ou pour conserver un angle droit. Il faut souvent prévoir des renforts pour s’assurer de la solidité des différents angles. Dans cette construction, l’emboîtage des parois garantit le parallélisme des piliers, et la planche du fond garantit le maintient des angles droits entre les parois.

Astuce
Le sapin est un bois tendre, pour éviter toute cassure, je recommande de toujours garder une épaisseur d’au moins 1 centimètre entre les différents usinages.

Il faut déterminer les dimensions de l’objet en fonction des planches disponibles. Pour commencer, il est plus simple d’utiliser des tablettes en lamellé-collé, que l’on trouve dans la plupart des magasins de bricolage. Elles n’offrent pas une solidité à toute épreuve, mais pour débuter dans la fabrication, c’est parfait et économe ! Des planches en pin de 2 mètres de long sur 40 centimètres de large se négocient à moins de 10 euros. Il faut compter un peu plus pour une largeur de 60 centimètres. Pour mon projet, j’avais repéré des planches de 2 mètres sur 40 centimètres pour les parois et une grande planche de 2,5 mètres sur 60 centimètres pour le fond et le couvercle.

Avec quelques équations, on peut trouver les dimensions idéales permettant d’utiliser le maximum de bois. Sur les planches de 40 centimètres par 2 mètres, il existe toutefois un peu de perte, mais l’élément déterminant est la planche de 60 centimètres par 2,5 mètres, la plus chère.

Voilà donc les dimensions finales de mes pièces. Les magasins de bricolage offrent souvent un service de coupe qui permet d’avoir une assez bonne précision sur les pièces. Mais il ne faut pas oublier que le trait de scie mesure souvent 4 millimètres. Ce n’est pas gênant sur les planches de 40 cm sur 2 m car nous avons de la marge, mais sur la planche de 2,5 m, pour bien faire il aurait fallu compter 2496 mm au lieu de 2500 dans mes calculs. Mais j’ai prévu de laisser le couvercle dépasser un peu, il compensera les 4 millimètres.

Fabrication

Une fois les étapes de la constructions finalisées, reste l’exécution. Le travail complexe commence ! Première étape, l’achat des pièces ; choisir les plus belles planches au magasin prend du temps, et il n’est pas rare que les dimensions recherchées soient en rupture de stock. Un bon conseil, prenez toujours avec vous de quoi refaire un schéma d’urgence si un élément important venait à devoir être remplacé. Si plus d’une dimension n’est pas disponible, revenez plus tard, si vous modifiez trop vos plans à la dernière minute, soyez sur d’une chose, vous allez vous tromper !

Quand vous travaillez avec un outil électroportatif, fixez toujours solidement vos éléments. Un mauvais mouvement est vite arrivé, une fraise tournant à plusieurs milliers de tours par minutes peut faire très vite de gros dégâts, et possède une force que vous ne saurez maîtriser si elle s’emballe, ne prenez pas de risque idiot !

Lors de la construction, gardez toujours vos plans à portée de main, référez-vous à eux souvent pour vérifier votre avancement. Marquez toutes vos pièces avec un numéro ou un nom unique.

Sécurité
Utilisez TOUJOURS la défonceuse dans le sens contraire de sa rotation. Si jamais votre montage impose de l’utiliser dans son sens d’entrainement, NE LE FAITES PAS, vous serez propulsé, votre pièce sera loupée et vous allez vous blesser !

Même si les quatre pieds de mon coffre sont théoriquement interchangeables, la pratique en est toute autre, quelques millimètres par-ci, quelques erreurs par là et vos pièces deviennent uniques ! Vous devrez adapter chaque pied avec chaque paroi, les échanger provoquera des catastrophes.

Dessinez sur vos pièces le schéma que vous devez découper, il est facile de se mélanger les pinceaux et de confondre une pièce avec une autre, surtout lors de tâches répétitives où votre esprit pensera déjà à votre prochaine construction.

En progressant, je me suis rendu compte que les encoches dans les pieds pour maintenir les parois pouvaient les fragiliser. Bien sûr, j’ai fait des erreurs, comme inverser la position de mes rainures en queue d’aronde devant accueillir les parois. Sur certains pieds, ces rainures trop proches pourraient presque couper le pied en deux ! Pour palier à cette erreur, j’ai diminué la longueur de la rainure. Je pense aussi que mon encoche est trop profonde, il serait préférable de ne creuser qu’un demi centimètre au dessus de la rainure en queue d’aronde.

La réalisation prend beaucoup de temps. Souvent je suis trop impatient, mais il faut réaliser chaque étape méticuleusement. Toujours remettre en question ce que l’on fait. Surtout réfléchir à deux fois avant de prendre la scie ou tout appareil électrique, leur usage est destructif, et une erreur est souvent difficile à rattraper, il faut refaire la pièce !

Pour la planche de fond, au début je voulais réaliser des rainures dans les quatre pieds et les quatre parois, pour la maintenir de tous les côtés. J’ai pensé au dernier moment n’utiliser que les quatre pieds, en plaçant le fond en dessous des parois pour gagner du temps et de l’espace de rangement. Malheureusement, c’était une mauvaise idée ! Si les quatre pieds suffisent pour soutenir le chargement du coffre, le fond subit tout de même une déformation et des espaces d’un millimètre ou deux se forment entre les parois et le fond… Moralité, avant de faire un changement de dernière minute, il faut repasser par la case théorie et vérifier si la solidité ou l’intégrité du meuble n’en sont pas affectées.

Pour le couvercle, j’ai simplement usiné la planche pour qu’elle se cale sur les pieds. Les parois laissent un petit espace en haut pour que le couvercle englobe les pieds sur un demi-centimètre. Je n’ai pas rajouté de charnière pour l’ouverture, mais il me sera toujours possible d’en inclure. Mon coffre est finalement assez solide, mais une fois ouvert, les rainures dans les pieds ne sont pas très jolies, il vaudrait peut-être mieux les laisser affleurantes et utiliser des petits tasseaux pour bloquer le couvercle. Bon, la conclusion, c’est que j’ai beaucoup plus d’outils que je le pensais, et que tout ne rentre pas vraiment dans le coffre !

Retrouvez les finitions de ce coffre dans l’article Construire un coffre en bois, finitions, ainsi que la réalisation d’un coffre beaucoup plus simple dans l’article expliquant comment réaliser un coffre avec simplement une scie et un tournevis.

Photos

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :