Valparaíso, tôle-ondulée ville

Nous voulions partir de l’hôtel la Chimba rapido ce vendredi 3 février au matin pour prendre le bus vers Valparaíso, finalement nous ne nous mettrons en route que vers 9h, après des tartines de beurre de cacahuète-confiture indéterminée à la Chimba.

Achat de nos tickets pour Mendoza puis une heure quarante de bus vers Valparaíso avec Tur-Bus avec un superbe film dont nous ne verrons pas la fin, sans doute un remake de la guerre des mondes en moins bien. C’est montagneux jusqu’à la mer, et les paysages sont quand même très secs.

Valparaíso est une très vieille ville fondée en 1543 et ancien port richissime avant que la construction du canal de Panama évite aux bateaux de faire le tour de l’Amérique du Sud par le canal de Magellan et fiche en l’air le business local. Cela n’en reste pas moins une grande ville active, patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, très valonnée et aux maisons extrêmement colorées.

Nous quittons le terminal de bus devant le bâtiment moderne du Congrès vers midi et prenons la direction du centre ville avec nos petites pattes. Avenda Pedro Montt, hauts et bas dans les rues du musée à ciel ouvert, un quartier sur le Cerro Bellavista. Cerro signfie mont et Valparaíso est construite sur une multitude de colline lui donnant un relief exceptionnel.

Nous prenons de multiples photos par le superbe beau temps en marchant tranquillement vers le centre ville historique. La ville a aussi souffert du grand tremblement de terre de 2010 et de nombreux bâtiments et maisons sont en réparation. Nous descendons du Palacio Baburizza, aussi en réparation, par un des multiples funiculaires parsemmant la ville. La place de la justice et la place Sotomayor sont jolies, avec une réplique kitch de l’hôtel de ville de Paris.

Fin du petit tour, nous tentons de suivre le bord de mer pour retourner tranquillement vers le terminal de bus et manger un bout, mais le port, l’autoroute et le chemin de fer nous barrant la voie nous en disuade. Nous mangeons finalement dans un petit restaurant sans prétention avec un menu entrée-plat-dessert pour 2700 pesos, environ 4.5 euros. Je mange un guizo, une sorte d’omelette légumes-viande avec du riz et des tomates. Leeloo tente une reineta, du poisson.

Nous hésitons à prendre le métro pour aller à Viña del Mar, mais les descriptifs de cette ville nouvelle construite pour les riches après un grave tremblement de terre à Valparaíso ne nous inspire guère, nous repartons donc pour Santiago par le bus de 17h01.

En rentrant à l’hôtel, nous faisons un petit détour pour passer dans le quartier Concha y Torro, un coin construit intégralement par la famille du même nom, au début 1900, et regroupant en quelques rues un esprit de petite ville européenne avec ses rues pavées, ses petites places et ses bâtiments neo-gothico-barroco-classiques (et j’en passe).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :