Punta Tombo, Patagonia

Nous avons quittés Buenos Aires en bus. Nous sommes arrivés à Puerto Madryn après 18h de dans les steppes patagoniennes. Le paysage est très dépaysant au début, mais commence à etre monotone au bout de la 3ème heure :-)

Puerto Madryn n’est pas une ville particulièrement jolie, elle sert juste de dortoir pour aller visiter la Péninsule Valdès ou descendre jusqu’à la réserve de manchots de Punta Tombo.
Nous avons loué une voiture pour visiter ces 2 réserves naturelles d’animaux, classées Patrimoine Mondial de l’Humanité, et nous en avons profité pour boire le thé dans un salon de thé d’une ville fondée par des Gallois aux alentours de 1830, Gaiman.

ATTENTION cet article contient beaucoup de photos de manchots :-)

Notre bus devait nous emmener jusqu’à Trelew, mais nous avons décider de nous arrêter un peu avant, à Puerto Madryn, ville côtière beaucoup plus accueillante. Nous n’avions finalement pas réservé d’hôtel et nous parcourons les rues à la recherche d’une auberge bon marché. Notre choix se portera rapidement sur le Galicho à 65 pesos par personne, nos sacs sont lourds et nous n’avons pas envie de traverser la ville.

Notre dortoir est très simple, six lits superposé posés à même la terre battue. Nous partageons la chambre avec Maria, venue avec sa maman de Bariloche, qui est ensevelie sous les cendres du volcan Puyehue, au Chili. Quelques courses en ville pour récupérer jambon, fromage et des pommes. La petite cité balnéaire, écrasée par la lourde chaleur, ne nous a pas séduit par son charme fou. Le bord de mer est très moche et nous le parcourons à la recherche d’une voiture de location pour la visite des réserves d’animaux de Punta Tumbo et de la Péninsule Valdez.

C’est finalement Centauro qui nous propose le tarif le plus intéressant, environ 60 euros par jour pour une Chevrolet Corsa. Deux heures de route et 200 kilomètres nous séparent de la réserve de Punta Tombo, dont une vingtaine de kilomètres sur une piste de gravier. L’endroit est spectaculaire, 200 000 couples de manchots sont venus mettre au monde 400 000 petits, la population cet été dépasse donc 800 000 individus, il y en a de partout !

Sur le chemin du retour, nous voulions visiter le musée des dinosaures de Trelew, mais le loueur de voiture nous avait prévenu de faire très attention car beaucoup de voitures de visiteurs du musée avaient été fracturées dans les dernières semaines. Nous faisons trois ou quatre fois le tour du centre à la recherche d’un parking un peu plus sûr, mais la ville en très mauvais état, les nombreuses carcasses de voitures un peu partout nous conduisent finalement hors de la ville. Nous arrivons finalement à Gaiman, fondée par les Gallois en 1830, ou nous profitons d’un copieux goûter, pour 14 euros tout de même, dans un ancien salon de thé.

Nous nous perdons un peu pour retourner à Puerto Madryn, mais nous finissons par retrouver notre chemin vers Puerto Madryn, il faut dire que le nombre réduit de routes praticables nous guident rapidement vers le bon itinéraire.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :